Vendredi 16 mars 2018 à 20h30 : Cabaret Chanson

Pauline Dupuy (contrebasse, chant) et Michael Wookey (guitare, claviers et autres surprises)

Contrebrassens & Michael Wookey

PAULINE DUPUY est Contrebrassens.

Une femme, une contrebasse : un ménage à deux qui révèle toute la saveur musicale des mélodies, la finesse des textes et nous fait redécouvrir Brassens.

Promenade dans des histoires choisies autour de la femme… »Brassens par une femme ? Georges en aurait fait une chanson » (Télérama).

Seule à la contrebasse, Pauline Dupuy ose l’un des plus jolis répertoires : celui de Brassens. En exploitant toutes les sonorités, y compris cuivrées de son instrument et en ralentissant le rythme de la plupart des chansons, elle redévoile la profondeur des textes magnifiques et met très en valeur toute leur humanité.

La voix est douce, particulièrement mélodique, et en fait une très belle lecture.

MICHAEL WOOKEY

Quand les chansons pop et décalées du british singer songwriter Michael Wookey croisent les interprétations féminines de Georges Brassens par la contrebassiste et chanteuse Pauline Dupuy…

Imaginez Brassens se baladant à Londres en faisant claquer ses Doc Martens sur le pavé, la moustache électrisée par l’atmosphère de cette capitale ouverte à tous les vents ! Il doit bien rire où il est, notre « King » Georges, dont les chansons se conjuguent au féminin dans Contrebrassens. Des chansons aujourd’hui bousculées par un cabaret de poche vivant : Michael Wookey.

Une harmonie se crée entre ces deux artistes rendant un hommage malicieux à Brassens, sauce pop anglaise.

Un pari audacieux relevé haut la main par des artistes étonnants, qui nous offrent un pur moment de bonheur.

Pour vous faire une idée : http://www.contrebrassens.com/

Salle Léo Ferré – 65, Avenue du Président F. Roosevelt – 94550 CHEVILLY-LARUE
Entrée : 10 € – Bar, boissons et restauration légère
Pas de réservation – Places à la salle le jour même

Vendredi 16 février 2018 à 20h30 – Les Chauds Sept du Père Morel

Jean-Pierre Morel (cnet), Stéphane Gillot (cl, as), Pierre Reboud (tb), Bernard Thévin (pno), François Fournet (bjo), Marc Bresdin (bsax), Laurence Bridard (dm)

Pour notre concert de février, avancé au 16 en raison des vacances scolaires, nous recevrons les Chauds Sept du Père Morel, une formation toute récente attachée aux formes les plus anciennes du jazz traditionnel, tel qu’on pouvait l’entendre à la Nouvelle-Orléans, Chicago ou New-York dans les années 1920.

L’orchestre a été créé au printemps 2016 à l’initiative de Jean-Pierre Morel, qui fut le fondateur, leader, arrangeur et cornettiste de Sharkey & C° dans les années 70 (avec Daniel Huck et Alain Marquet), puis plus tard du Petit Jazzband de Mr.Morel, et plus récemment des Rois du Fox-Trot (de 2003 à 2015). Entre 1969 et 2015, ces différentes formations enregistrèrent un total de vingt-et-un vinyles ou CDs, dont quatorze pour Stop Off Records USA.

Aujourd’hui, Les Chauds Sept jouent une musique enjouée ou nostalgique, avec des thèmes pittoresques arrangés de façon à laisser une grande liberté aux solistes dont les fougueuses improvisations n’empêchent nullement la rigueur de style.

Le répertoire de thèmes classiques ou moins connus est emprunté à King Oliver, Louis Armstrong, Johnny Dodds, Clarence Williams, Jelly-Roll Morton, Tiny Parham et bien d’autres pionniers du jazz.

Pour les gourmands, le menu de la soirée : tajine d’agneau aux abricots – clafoutis

Salle Léo Ferré – 65, Avenue du Président F. Roosevelt – 94 – CHEVILLY-LARUE
Bar – Assiettes repas – Boissons
Adhésion annuelle : 10 € – Entrée : 10 € – Étudiants : 5 €
Entrée non adhérent : 20 € – Pas de réservation – Places à la salle le jour même.
Les mineurs et les demandeurs d’emploi sont nos invités.

Vendredi 26 janvier à 20h30 – Mama Shakers

La jeune formation Mama Shakers que nous avons découverte au fameux « JAZZ BAND BALL » de la Mairie du 5e arrondissement.

À mi-chemin entre les orchestres Jug Band et la musique New Orleans des années 1920, les jeunes musiciens de Mama Shakers entraînent leur public dans un voyage musical dont on ne ressort pas indemne.

Leur groove, c’est d’abord une contrebasse au slapping assuré, une guitare énergique et un banjo sauvage. En première ligne, Angela Strandberg, chanteuse lead à la voix profonde et suave, jongle entre trompette et washboard et donne la réplique à Ezgi Sevgi Can, clarinettiste aux solos sensibles et inspirés.

Tout le monde chante dans Mama Shakers et les chœurs se mêlent tantôt à la voix d’Angela, tantôt à la voix d’Adrien Mallamaire, le contrebassiste ou encore à celle de Baptiste Hec, le guitariste.

Ne manquez pas cette équipe pleine d’énergie qui stupéfie les danseurs de la Bellevilloise voire de jeunes rockers qui croient qu’elle vient d’inventer une nouvelle musique, alors qu’elle est presque centenaire !

Pour les gourmands, le menu de la soirée : Moussaka – tarte au citron

Salle Léo Ferré – 65, Avenue du Président F. Roosevelt – 94 – CHEVILLY-LARUE
Bar – Assiettes repas – Boissons

Adhésion annuelle : 10 € – Entrée : 10 € – Etudiants : 5 €
Entrée non adhérent : 20 € – Pas de réservation – Places à la salle le jour même.
Les mineurs et les demandeurs d’emploi sont nos invités.

Vendredi 12 janvier 2018 à 20h30 : Cabaret-Chanson

« 36, Y a d’la Joie! C’était mieux avant… »

Nous vous souhaitons un passage en 2018 plein de Swing, de paix, de bonheur. Que nos soirées continuent à vous apporter de nombreux moments de convivialité autour de nos invités.

Afin de vous aider à commencer 2018 dans la joie et la bonne humeur, nous vous proposerons le vendredi 12 janvier notre soirée cabaret-chanson française avec le spectacle « « 36, Y a d’la Joie! C’était mieux avant… » ou « Le Front Populaire en chansons ».

Retrouvez les succès de Ray Ventura, qui explora le jazz de cette époque épique, Mireille, qui s’en fit la talentueuse ambassadrice, Maurice Chevalier, Charles Trenet, Lys Gauty et Frehel.

Un programme de chansons françaises qui sera servi par Isabelle Desmero, chanteuse tous-terrains, Marie Gottrand, pianiste multicartes, et Jean-François Bonnel, jazzman aguerri et soufflant touche à tout !

Pour les gourmands, le bar sera ouvert et nous vous proposerons une restauration légère.

Salle Léo Ferré – 65, Avenue du Président F. Roosevelt – 94 – CHEVILLY-LARUE
Bar – Assiettes repas – Boissons

Adhésion annuelle : 10 € – Entrée : 10 € – Etudiants : 5 €
Entrée non adhérent : 20 € – Pas de réservation – Places à la salle le jour même.

Le vendredi 15 décembre 2017 à 20h30 : 8e Mi-Nuit du Piano Jazz de Chevilly-Larue

La 8e « MI-NUIT DU PIANO-JAZZ » de Chevilly-Larue proposera de retrouver les racines du jazz ; Le blues et son émanation pianistique : le boogie-woogie, mais aussi le « piano stride » ou Harlem stride. Ce dernier style hérité du ragtime, dont il tire ses bases, s’est développé dès 1920 parallèlement au boogie.

Il utilise beaucoup plus d’improvisation que le ragtime et se base sur le rythme du swing. C’est un style assez difficile à maîtriser : la main gauche saute typiquement entre une note basse et un accord pour établir la pulsation et le fondement harmonique ; la main droite improvise des éléments mélodiques rapides et syncopés.

C’est l’excellent Olivier LANCELOT qui défendra les couleurs du stride, tandis que le boogie verra se mesurer le grand spécialiste français : Jean-Paul AMOUROUX avec son illustre disciple Jean-Pierre BERTRAND, tandis que leur jeune émule de 14 ans Nirek MOKAR démontrera qu’il a bien retenu leurs leçons !

Ce sera une soirée endiablée autour des deux pianos où se succèderont tous les intervenants. Simon BOYER, le batteur habitué à jouer avec cette équipe, poussera et insufflera la pulsion à ces musiciens dont la formule (piano, batterie) fit, dans les années vingt, danser des millions d’américains.

Salle Léo Ferré – 65, Avenue du Président F. Roosevelt – 94 – CHEVILLY-LARUE
Bar – Assiettes repas – Boissons

Adhésion annuelle : 10 € – Entrée : 10 € – Etudiants : 5 €
Entrée non adhérent : 20 € – Pas de réservation – Places à la salle le jour même.

LES NEW ORLEANS Z’HULUS le vendredi 24 novembre 2017 à partir de 20h30

Jazz à Chevilly-Larue vous transporte en Louisiane le temps d’une soirée, avec un orchestre international dont tous les membres ont été formés à la Nouvelle-Orleans par les créateurs de ce style.

Venez écouter LES NEW ORLEANS Z’HULUS le vendredi 24 novembre 2017 à partir de 20h30 (en collaboration avec le Jazz Band Ball (25/11) de la mairie du 5ème de Paris).

Cela fait plus de 30 ans que les New Orleans Z’hulus sont sur le « sentier de la guerre ». C’est Maurice Van Eyck, le légendaire batteur belge qui en a eu l’idée en 1984. Il voulait réunir un groupe de musiciens capables de perpétuer la  tradition des orchestres de danse de la Nouvelle-Orléans.

Aujourd’hui c’est une formation rénovée qui perpétue cette tradition avec : Dan VERCRUYSSE (Belgique) – Trompette, Philippe DE SMET (Belgique) – Trombone, Michel « Boss » QUERAUD (France) – Clarinette, Pierre JEAN (France) – Piano, Brian TURNOCK (Royaume-Uni) – Contrebasse et chef d’orchestre, Emile MARTYN (Royaume-Uni) ) – Batterie.

Salle Léo Ferré – 65, Avenue du Président F. Roosevelt – 94 – CHEVILLY-LARUE
Bar – Assiettes repas – Boissons

Adhésion annuelle : 10 € – Entrée : 10 € – Etudiants : 5 €
Entrée non adhérent : 20 € – Pas de réservation – Places à la salle le jour même.